Dans votre sous-sol, dans une partie du garage ou dans une pièce de la maison ou de l’appartement, l’aménagement d’une buanderie exige de respecter quelques règles. Le maître mot reste l’optimisation de cet espace souvent réduit.
Disposer d’un espace spécifique pour laver son linge, le sécher et, éventuellement, le repasser est un confort non négligeable. Si la pièce ou l’espace n’a pas forcément besoin d’être très grand, il faudra, en revanche, bien penser son aménagement. Tout d’abord, il faut considérer qu’une buanderie est une pièce d’eau, comprenant une arrivée et une évacuation d’eau, et où le lavage et le séchage créent beaucoup d’humidité. Ce qui signifie que, quel que soit l’endroit choisi (sous-sol, garage, voire pièce de la maison), il est primordial de penser au renouvellement d’air. La buanderie nécessite aussi une alimentation électrique qui doit être assurée dans d’excellentes conditions de sécurité. Pensez que cette pièce accueillera des appareils qui peuvent être bruyants et qui ne doivent pas devenir une gêne pour les habitants de la maison (y compris les vibrations).
Le choix de son emplacement doit donc tenir compte de ces paramètres, mais aussi des habitudes de vie des occupants.
Les équipements utiles :
Deux séries d’équipements sont utiles dans une buanderie ; ceux liées à l’eau et ceux liés à l’alimentation électrique.
Si ce n’est pas une obligation, la présence d’un évier est un « plus » évident. Des arrivées d’eau (chaude et froide pour l’évier, froide pour le lave-linge) et les évacuations correspondantes impliquent que vous êtes installé à un niveau où il est possible de relier ces évacuations à celles de la maison (en évitant une pompe de relevage comme c’est nécessaire si le niveau est plus bas que celui de l’égout).
Côté équipement électrique, il faudra prévoir une puissance suffisante pour faire fonctionner des appareils parfois « gourmands », en particulier le fer ou la centrale à repasser, surtout si vous voulez faire travailler plusieurs appareils en même temps. Un disjoncteur à haute sensibilité s’impose pour éviter les éventuelles surcharges. Attention, en présence de points d’eau, l’installation électrique doit être sécurisée. Il faut, en particulier respecter une distance minimale entre l’arrivée d’eau et les prises ou les interrupteurs.
Côté mobilier, des étagères ou des tablettes de rangement s’imposent pour les produits d’entretien, pour les paniers à linge, et éventuellement pour le linge repassé avant rangement. Prévoyez également une barre pour suspendre des cintres et, si vous avez suffisamment de place, un plan de travail. Comme les besoins évoluent et que c’est en utilisant qu’on peut améliorer l’installation, n’hésitez pas à recourir à des systèmes modulables (des étagères réglables à crémaillère ou autre). N’oubliez pas que la buanderie devient souvent un lieu de rangement (pour les appareils ménagers comme l’aspirateur, par exemple, mais aussi pour d’autres matériels utilisés plus ou moins fréquemment). Aussi les rangements supplémentaires n’y sont jamais superflus. N’hésitez pas à privilégier les solutions qui apportent un plus grand confort. Si vous utilisez des appareils à ouverture frontale, il peut être plus agréable (pour le dos, notamment) de les poser sur un socle, en hauteur, qui peut être utilisé comme rangement. En règle générale, exploitez toutes les astuces comme la table à repasser fixe qui se replie contre un mur. L’espace ainsi dégagé sera, par exemple, utilisé pour un séchoir car tous les textiles ne supportent pas forcément le passage au sèche-linge.
Rares sont les buanderies qui disposent de fenêtres. Et même lorsqu’elles en ont, le renouvellement d’air y est si nécessaire qu’il n’est pas inutile de prévoir une ventilation (VMC).
Enfin, installez les appareils bruyants sur la paroi qui sera la plus éloignée des zones d’habitation sensibles comme les chambres.
La pièce
Nous l’avons vu, la buanderie est une pièce d’eau. D’où l’intérêt de l’équiper en partie comme les autres pièces d’eau. En particulier pour le sol. Le choix est large : du carrelage au vinyle, en passant par des parquets en bois exotique ou traité, le linoleum voire le jonc de mer, tous les sols imperméables seront adaptés, mais évitez les sols trop fragiles. Au besoin, pour limiter la transmission du bruit, on ajoutera une couche résiliente pour renforcer la performance acoustique.
Au mur, le carrelage s’impose autour des points d’eau. Ailleurs, on évitera les revêtements trop sensibles à l’humidité. Si nécessaire, vous pouvez opter pour un revêtement qui isole mieux du bruit comme le liège. Evitez les couleurs foncées dans cette pièce souvent petite. N’hésitez pas à installer un grand miroir qui l’agrandira. Jouez sur les couleurs des meubles et des équipements pour éviter un côté « infirmerie ».
Prévoyez un éclairage efficace. Quand vous séjournerez longtemps dans la buanderie, ce sera probablement au moment du repassage et vous aurez besoin d’une bonne visibilité. Par plafonnier ou par appliques, retenez une puissance suffisante.
Il peut être intéressant, soit pour limiter la hauteur, soit pour cacher certains équipements disgracieux (VMC ou câbles) de prévoir un faux-plafond (à lamelle pour la circulation de l’air) qui peut devenir, un élément de décoration.
Pour finir, la buanderie peut être aussi une pièce agréable à vivre. Si certaine tâches ménagères comme le repassage sont ennuyeuses, pourquoi ne pas agrémenter les lieux en y installant un poste de radio, voire un poste de télévision ?
Similar Posts