Le bois est un des matériaux les plus utilisés dans la construction, et les progrès accomplis dans la transformation du bois en ont permis l’application dans divers domaines. Le bois lamellé, par exemple, a permis de dépasser les limites des dimensions du bois et de bâtir des poutrages aux section et longueur appropriées et d’obtenir des poutres courbes.

La transformation du bois est encore une activité essentielle dans plusieurs domaines, en particulier dans le bâtiment. Un matériel naturel et ancien (les premiers huttes et palafittes construits par l’homme étaient faits de bois), le bois a accompagné l’homme au cours des millénaires, et aujourd’hui il est encore en phase avec le temps et peut répondre aux exigences imposées par l’époque dans laquelle nous vivons. Si l’un des problèmes les plus pressants auxquels notre planète et notre société sont confrontées est la pollution, en insistant sur l’utilisation du bois dans la construction de structures et de bâtiments on peut contribuer à enrayer un peu ce grand problème. Le bois est l’un des matériaux les plus utilisés dans la construction écologique, puisqu’il produit une basse consommation d’énergie et une quantité réduite de déchets pendant sa transformation. Le bois est aussi capable de créer une atmosphère unique dans chaque pièce, immeuble ou maison où il est utilisé, et de donner vie à des places chaleureuses et accueillantes. Le bois est aussi un matériel résistant et pas cher et un bon isolant thermique et acoustique.

Naturellement le bois est un matériau qui n’a pas seulement des avantages mais aussi des caractéristiques qui pourraient compromettre son utilisation dans certains domaines: les dimensions des troncs, par exemple, leur longueur et leur section, sont limitées, et cela pourrait être un problème dans la réalisation des poutrages. De même, les troncs ne se prêtent pas naturellement à la construction de poutres courbes. Pour résoudre ces problèmes au cours des siècles on a étudié différentes solutions, et la plus récente et la plus efficace est la production de panneaux de bois lamellés, qui ont un champ d’application presque illimité. Il a été le charpentier Karl Friedrich Otto Hetzer qui a inventé en 1901 ce type de travail, qui rend le bois très ductile, utilisable même dans les structures architecturales les plus complexes, et sans restriction dans la construction et dans le génie civil, mais aussi dans l’art.

La production de bois lamellé comprend beaucoup d’étapes et a lieu dans des établissements spéciaux. La première étape est le choix du bois, qui doit être le plus possible homogène. Le bois le plus utilisé en Europe est l’épicéa, suivie par le pin sylvestre, le mélèze et le rouvre. Le tronc est ensuite coupé en bandes, appelées « lamelles », qui sont mises à sécher pour atteindre le bon niveau d’humidité. Les lamelles sont donc soumises à un contrôle pour en vérifier l’humidité et les défauts, rabotés, puis collées. Le collage est l’étape la plus importante et délicate du procédé. À ce point il y a le pressage, après quoi les poutres sont laissées au repos pour quelques jours, et sont ensuite rabotées pour les rendre lisses et uniformes. Les dernières étapes du travail du bois lamellé sont la finition et l’application de produits qui sont conçus pour préserver le bois contre les éléments nuisibles.

Similar Posts